Slow fashion : comment j’ai passé 1 an sans shopping

slow fashion

Il y a quelques semaines, j’ai écouté un podcast qui nous posait comme question : « Que pourrait-on dire à notre ‘nous’ de 20 ans ? »

Une des premières choses qui me soit venu à l’esprit est : “Un jour, tu feras tes vêtements et tu seras adepte du slow fashion ”.

Je pense que je me serais ri au nez, tellement l’idée à l’époque m’aurait paru grotesque. Après tout, les magasins de vêtements sont là, pourquoi se casser la tête à les faire soi-même ? Une machine à coudre, ça existe encore ? Des aiguilles à tricoter, c’est pour mamy ! 

Il est vrai que même toute petite, je détestais faire du shopping, ça me barbait à un point ! L’adolescence n’a pas aidé, car selon les normes du soi-disant standard de beauté, j’étais en surpoids et donc non, je ne pouvais pas porter les vêtements qui me plaisaient. Ceux-ci devaient être choisis en fonction de ma morphologie, ben oui, pas le choix ! Par la suite, mon rapport à mon corps ayant changé au fil des années, mon rapport aux vêtements était également différent.

Je pense que j’avais trouvé qui j’avais envie d’être et de quelle manière j’avais envie de l’exprimer. Notamment à travers ce que je portais. 

C’est pour ça qu’aujourd’hui, j’ai envie de me mettre plus activement au blogging, afin de te parler de ma garde-robe, et de ce qui m’inspire afin de la faire correspondre à mon image.

slow fashion

Alors, comment en suis-je arrivée à ne rien acheter en un an ?

(Entendons-nous bien, quand je parle de vêtements, je ne parle pas de sous-vêtements ou de chaussettes, même si cela viendra peut-être un jour 🙂 )

Pendant le confinement de mars-avril 2020, je me suis remise plus activement à la couture, que j’avais un peu laissée de côté pour plutôt me concentrer sur le tricot. Au fil des semaines, je me suis félicitée de ne pas avoir craqué sur la vente de vêtements en ligne, sans même m’en rendre compte.

Cette période donnait justement à réfléchir sur sa manière de consommer, étant donné que les magasins étaient fermés et que par conséquent, les achats compulsifs n’étaient pas de rigueur.

Au fur et à mesure que je réalisais de plus en plus de pièces cousues et tricotées main, j’ai commencé à réfléchir sur le « pourquoi » j’aimais ces activités.  Pourquoi celles-ci prenaient de plus en plus de place dans ma vie ?  Pourquoi je ne m’en lassais pas et avais sans cesse envie de progresser ?

En plus de me fournir une sensation de bien-être et de prendre mieux soin des vêtements que je confectionnais moi-même, il s’est ajouté une envie de penser ma garde-robe d’une toute autre manière et dans une réflexion plus large de slow fashion

Pourquoi aller vers la slow fashion ?

Je pense qu’en ce sens, le confinement a su mettre en avant le principe du “fait main”. Le fait de m’être remise à la couture, et de voir mes progrès en tricot, m’a fait prendre conscience que le plus important était de prendre mon temps, de réfléchir à ce dont j’avais besoin, quelle matière (fibres naturelles par exemple) j’allais utiliser etc …

Contrairement à la manière de la “fast fashion”, cette impression d’acheter toujours plus et plus vite ne me correspondait plus. Je me suis posée de plus en plus de questions sur l’industrie de la mode en général.

Comme pour la nourriture et les produits de beauté, j’essaie de faire attention à ce que je consomme, et également de m’intéresser aux matériaux utilisés et à la méthode de fabrication. J’ai donc eu envie dans mon fort intérieur de consommer moins mais mieux, de ne plus céder aux achats compulsifs et de construire une garde-robe réfléchie et adaptée à mes besoins

slow fashion

Ce qui m’a inspiré en ce sens, c’est le livre Dressed de Deer and Doe, que j’évoque souvent dans mes podcasts, car je trouve leur démarche vraiment très intéressante. Les exercices dans le livre nous poussent à réfléchir à nos semaines types, et à déterminer nos réels besoins en matière de vêtements en fonction de nos activités.

Le télétravail par exemple, a changé pas mal la donne, car comme je passe pas mal de temps assise et chez moi, je vais privilégier plutôt les habits confortables, pas trop serrés, et je ne vais pas ressentir cette pression de devoir me changer tous les jours.

Abonnement à une Box couture

En mars 2020, je me suis abonnée à une box couture, que je reçois à présent tous les deux mois.

Où trouver de bons patrons : accessibles, clairs, et adaptés à notre niveau ?

L’idée de la box, en ce sens, est un bon plan si vous manquez d’inspiration, car elle permet de découvrir des patrons, ainsi que des tissus.

Peut-être ne les auriez vous pas achetés vous-mêmes, mais qui pourtant sont un joli plus dans votre garde-robe. Sans compter qu’on peut réutiliser les patrons autant de fois que l’on veut. 

Découverte du podcast créatif

Mais par-dessus tout, une grosse découverte en 2020 a sans conteste été celle des podcasts créatifs !

En voyant toutes ces personnes qui, comme moi, aimaient coudre et tricoter, et qui arrivaient au fur et à mesure à ne porter que du fait-main, cela n’a fait que croître mon envie de progresser et de continuer sur ma lancée.

Et puis, que de modèles, de patrons, de créatrices, designers, et de matières découverts depuis !

Avec toutes ces inspirations, j’ai au moins de quoi continuer à faire mes vêtements pendant deux ans ! J’ai réellement appris à connaître toute une communauté, avec laquelle je peux échanger, partager, apprendre et m’émerveiller, devant le travail des autres, mais aussi devant le mien. Car je me sens fière d’avoir autant progressé, d’un point de vue technique bien-sûr, mais aussi d’avoir persévéré dans cette démarche, de m’être lancée un objectif et de m’y tenir. 

Pour aller encore plus loin dans la slow fashion

D’ailleurs, une de mes missions pour ce printemps: faire un gros tri dans mon armoire !

Je suis en train de lire le livre “The conscious closet”, de Elizabeth L. Cline, qui me bluffe pas mal au niveau des chiffres.

En effet, plus de 70% d’une garde-robe moyenne n’est au final jamais portée.Elle nous encourage et nous explique les étapes à faire pour procéder à un rangement optimisé en sachant quoi jeter/donner/échanger et quoi garder. 

Je reviendrai donc très certainement là-dessus, ainsi que sur la suite de ma lecture, qui peut s’avérer être intéressante même si vous n’avez pas l’intention de confectionner vous-mêmes vos vêtements.

Que votre objectif soit de vous confectionner une garde-robe capsule, d’acheter dans le commerce mais en prenant le temps de choisir des marques responsables, d’acheter de meilleure qualité, et de faire attention à votre impact écologique, ce livre peut vous aider. 

slow fashion

Après tout ça, je me dis que d’avoir cultivé cette envie de faire plus moi-même à tout son sens. Je me rends compte aussi que je n’en suis qu’au tout début du chemin, que j’ai encore des choses à apprendre, mais que c’est cela qui me motive et me donne envie de continuer sur cette lancée en 2021.

Alors oui, peut-être qu’à l’âge de 20 ans, je n’aurais pas cru qu’un jour je ferai mes vêtements, ni que je me serais lancée sur Youtube, mais j’aurais été contente de savoir que j’exerce une activité qui me comble et m’épanouit! 🙂

Publié par

Fan du DIY, je suis une apprentie tricotteuse et coutureuse. J'adore également les séries, les podcasts, les voyages, le yoga.

8 commentaires sur « Slow fashion : comment j’ai passé 1 an sans shopping »

  1. J’ai beaucoup aimé cet article sur ton cheminement vers une garde-robe plus responsable et faite-main ! Je n’ai pas lu « The conscious closet » mais j’ai lu « Le Dressing Code » de Charlotte Moreau ainsi que « La magie du rangement » de Marie Kondo pour le côté « tri ». Ces deux livres m’ont fait prendre conscience de pas mal de choses qui rejoignent plus ou moins ce que tu as écrit. Il me reste à mettre cela en pratique, c’est en bonne voie. Bonne continuation dans le blog, j’ai hâte de lire ton prochain article 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, c’est bien de prendre conscience de tout cela du gâchis que cela peut provoquer en terme d’écologie, acheter raisonnablement et porter ce dont on a envie et besoin et ne pas suivre les dictas de la mode qui sont imposés c’est logique, et le point important c’est le fait soi même, les vêtements ne sont malheureusement pas toujours fabriqués d’une manière humaine mais plutôt comme des esclaves et sous payés. Les loisirs dits de « mamy » sont des loisirs comme les autres, l’important est de s’y épanouir, on a tendance a mettre des cases ou un jugement à tout et n’importe quoi, si on aime on le fait, je suis ravie que le blogging contribue aux mouvements minimalistes, couture, cuisine, le diy en général et l’écologie, on reprend ainsi sa vie et ses désirs en main, vous connaissez le slow food c’est le contraire du slow food ou on mange des bons produits en prenant son temps, comme le faisait nos grands-parents et ils avaient raison. bonne continuation

    Aimé par 1 personne

  3. Mais je me retrouve tellement dans ce post. Moi aussi si j’étais face à mon moi de 20 ans je lui dirais la même chose que toi et je sais que je me rirai clairement au nez. La couture et moi, jusqu’à il y a encore 1 an, que dis-je, 6 mois, c’était deux choses diamétralement opposées. Mais tellement 😂… et aujourd’hui je n’envisage pas ma vie sans coudre mes propres sacs, vêtements… avant j’étais une acheteuse compulsive. Aujourd’hui ça fait plus de 6 mois que je n’ai pas mis les pieds dans une boutique de vêtements. Ça ne me correspond plus. Je veux du fait mains, sachant que j’ai mis du temps, de l’amour dans mes créations et que je les fait à mon goût. Je ne veux plus de vêtements fabriqués à la chaîne par des enfants exploités

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Et bien, je te rejoins totalement! Plus mis les pieds dans un magasin de vêtement depuis tout ce temps et à vrai dire, ça ne me manque mais alors pas du tout! Comme tu le dis, c’est tellement plus agréable de porter une tenue qui nous plaît et nous correspond à 100 % ! 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s